Culture

LE TÂR DE MON PERE UN ROMAN DE YASMINE GHATA

PAR EZALDIN MIRGANI

MONDE DES LIVRES               

        

Yasmine Gata est née en France en 1975 . Elle a étudié l'histoire de l'art à la Sorbonne et à l'école du Louvre . Spécialisé dans les arts de l'islam , elle a travaillé dans le milieu de l'expertise des objets d'art . Elle a connu un grand succès avec la nuit des calligraphes ( fayard 2004 ) premier roman traduit en treize langues et couronné par la bourse de la Découverte de la fondation Prince Pierre de Monaco . Le prix Cavour ( Italie ) , et le prix Kadmos Liban .

A la mort de Barbe blanche , son fils Hossein hérite du târ qu'on se transmet de génération en génération . Mais l'instrument lui résiste , refusant de libérer les accords mystiques qui font la gloire des musiciens d'Iran Sous ses doigts , il ne semble plus qu'un jeune frère Nur Hossein décide alors de se rendre à la ville d'Ardabil , où le meilleur luthier de la région pourra changer les cordes du târ et , peut –être , le faire revenir à la vie . Ils trouvent une cité terne et grise . On y porte le deuil de Mohsen , joueur de târ lui aussi , aveugle et saint , dont les notes magiques faisaient couler les ruisseaux et fleurir les arbres , guérissaient les malades , et qu'on a retrouvé assassiné . Inconsolable et hostile , la population emprisonne les deux jeunes garçons . Mais quel crime ont – ils donc commis ? Ils ignorent que barbe blanche , musicien laborieux , était jaloux du génie divin de Mohsen . Ils ignorent que leur mère a connu les deux hommes , à l'époque où ils étaient condisciple . Ils ignorent que le târ reçu en héritage est souillé du sang d'un meurtre . Nur est contraint aux travaux forcé pour le compte de la ville . Hossein , lui perd peu à peu . la vue dans sa cellule insalubre  . Châtiment divin ou rédemption ? Car être musicien et aveugle à Ardabil est de bon augure depuis Mohsen .    

DE MA PRISON UN LIVRE DE TASLIMA NASREEN

PAR EZALDIN MIRGANI
 MONDE DES LIVRES             
    
Sous prétexte d'assurer sa protection , le gouvernement indien la confine en prison de novembre à mars 2008 . Pendant ce temps , Taslima Nasreen écrit . Elle écrit jour après jour , à ses proches ou pour elle – même . Autant d'appels bouleversants à la rébellion contre l'intolérance et les fanatismes religieux de tous bords qui amputent les âmes et enchaînent les esprits . elle avait , au bout de douze ans , réussi à mettre un terme à sa vie d'errance . Taslima Nasreen avait enfin trouvé refuge en Inde , à Kolkata , dans ce Bengale de L'ouest si proche de son pays natal . Elle s'y était installée , ces deux dernières années , retrouvant ainsi , outre une vie paisible , sa famille , ses amis , les motifs de ses combats , sans compter les paysages , la langue , les odeurs de sa terre perdue . Trop courte trêve . Au débout de septembre 2007 , à son retour d'un voyage à Hyderabad , où sa présence , à l'occasion de la publication d'un de ses livres en telugu , avait provoqué un peu d'agitation , l'écrivaine découvre l'inquiétude du gouvernement local qui , soucieux de s'assurer le vote musulman , extrémiste ou pas , a résolu de la faire partir . Et d'abord de l'assigner à domicile . Se succèdent alors pendant deux mois les visites de hauts fonctionnaires chargés de persuader Taslima de la nécessité d'un départ volontaire . Devant ce qu'elle considère des manœuvre de basse politique , la jeune femme refuse .

LE CERCLE DE FAMILLE UN ROMAN D'UN JAPONAIS

PAR EZALDIN MIRGANI
        
      
                    KOJIMA NOBUO
Cet roman traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu . Paru en 1965 , couronné du premier prix Tanizaki , le roman de Kojima Nobuo , est une œuvre essentielle sur le Japon d'après – guerre et l'ébranlement d'une société confrontée au mode de vie et de pensée à l'américaine . Dans ce << cercle de famille >> qui n'est que le reflet d'une société tout entière , jouent des forces contradictoires qui vont peu à peu désunir des liens en fragile équilibre . L'infidélité de l'épouse Tokiko avec un soldat américain , puis la maladie , précipitent la dissolution de ce petit univers dont l'auteur décrit avec subtilité les moindres tensions , aspirations et discordances . A l'image de cette villa californienne que les époux s'acharnent à faire construire et qui , peu à peu , révèle fuites et infiltrations d'eau qui la rongent de l'intérieur … Le Cercle de famille est une œuvre brillante et mélancolique sur le passé , il donne en même temps une image plus précise du présent , voire de l'avenir , si l'on pense avec d'un << caractère prémonitoire >> . Né en 1915 , Kojima Bobuo , est d'ores et déjà un auteur classique , au Japon , connu pour ses romans d'inspiration auto – biographique qui s'attachent à appréhender la réalité à travers la description du quotidien de familles et de couples . Le récit qui le fit connaître au Japon , le fusil , paru en 1952 , a été traduit dans l'Anthologie de nouvelles japonaises contemporaines aux éditions . Gallimard . Parallèlement à son œuvre romanesque , l'auteur poursuit un travail de réflexion sur la création littéraire à travers de nombreux essais , entretiens et conférences . Un prix Kojima Nobuo a été crée en 1999 .

VILLE DE QALLABAT

PAR EZALDIN MIRGANI
    
Au bout de la route au sud – est de Gedaref , le poste – frontière de Qallabat est un point de passage moins original que le lac Nubien , le point de passage avec l'Egypte , mais le contraste entre l'un et l'autre des côtes de la frontière et l'autre y est bien plus marqué . Passé Metama côté éthiopien , la route grimpe doucement mais sûrement vers le toit de l'Afrique de l'Est , révélant un climat bien différent des chaudes et arides plaines soudanaises . ( En 1889 , les armées mahdistes mirent en déroute les Ethiopiens au prix de lourdes pertes à Qallabat – ou Metama , selon la version transfrontalière. Selon la version transfrontalière . Ce fut la dernière grande victoire mahdiste . Elle se solda par la mort de l'empereur d'Ethiopie Yohannes IV. ) . Le passage de la frontière est aisé . Il nécessite toutes un visa obtenu au préalable dans un consulat ( visa de transit à obtenir à Adis – Abbas par exemple ) et un certificat de vaccination contre la fièvre jaune pour les deux côtés . Côté Soudanais , des bus relient la frontière jusqu'à Gedaref par une belle route goudronnée ( compter une bonne partie de la journée ) et l'un d'eux fait même le trajet jusqu' à Khartoum .Ce dernier part quand il est plein , c'est-à-dire en milieux de journée , avec une arrivée dans la capitale dans la nuit – c'est suffisamment rare pour le mentionner : ce bus roule la nuit .

Etablissement du Centre régional de Sennar





Sennar

Le Directeur général de l'Organisation Islamique pour l'Education, la Science et la Culture (ISESCO Abdulaziz Othman Altwaijri a affirmé que la dixième Conférence des ministres de la culture des pays islamiques, qui a conclu ses travaux Mercredi à Khartoum, a accepté la création d'un centre régional de Sennar pour le dialogue et la diversité culturelle en vue de la gestion des dialogues culturels et intellectuels dans les régions arabe et africaine.
S'adressant Mercredi au rassemblement de masse à l'occasion de la conclusion du projet de Sennar capitale de la Culture islamique, Altwaijri a souligné que le Soudan est resté un symbole de modération et qu'il a réalisé un grand nombre de réalisations grâce à ses bonnes relations exprimant son bonheur sur la levée des sanctions économiques.
Il a passé en revue les programmes des capitales islamiques, en indiquant que la sélection de Sennar est venu en considération qu'elle est une capitale d'un ancien grand royaume islamique, qui a contribué à la diffusion de la science , de la pensée et des conseils et a également contribué à la prospérité de la civilisation, en soulignant que le projet de capitales islamiques qui relie le passé au présent renforce la mémoire des nations et encourage la créativité culturelle.





Khartoum

Le ministre de la Richesse animale, Dr Mabrouk Moubarak Salim s'est entretenu ce dimanche avec une délégation du ministère érythréen de l'Agriculture et la Richesse animale sur la coopération et la coordination mutuelle dans les domaines de la richesse animale.

Lors de sa réunion ce dimanche avec la délégation érythréenne qui est en visite au pays, en présence du chargé d'affaire de l'ambassade érythréenne à Khartoum, Ibrahim Idris, Mabrouk a indiqué que la visite de la délégation vise à l'amélioration des relations bilatérales et la discussion sur les questions essentielles dans le domaine de la richesse animale.

Il a affirmé que son ministère est prêt à fournir les expériences du Soudan à l'Erythrée à travers l'échange des visites des techniciens, expansion dans le domaine du contrôle des naissances, du développement du secteur de l'élevage et de la coopération dans la lutte contre les maladies transfrontières.

Pour sa part, le président de la délégation érythréenne a salué le bon accueil et la coopération mutuelle fructueuse, appelant à l'échange des visites entre les deux pays pour atteindre les objectifs souhaités dans ce domaine.





Khartoum 

l'Ambassadeur britannique à Khartoum, a affirmé l'importance de l'investissement agricole au Soudan, soulignant l'existence de multiples possibilités du Soudan d'attirer des investisseurs deans tous les domaines agricoles.

Lors de l'ouverture du deuxième forum annuel sur l'agriculture, la richesse animale et la sécurité alimentaire organisé par la société britannique VALIANT, l'ambassadeur britannique a indiqué que le Soudan après la levée des sanctions économiques a l'opportunité d'attirer les investisseurs de tous les pays du monde.

Pour sa part, le sous-secretaire du ministere de l'Investissement, Najmuddine Hussein Ibrahim a indiqué que le ministère a préparé des programmes, des plans et des cartes pour tous les secteurs d'investissement pour les investisseurs qui veulent investir dans l'agriculture, soulignant que le pays possède des éléments agricoles et des terres fertiles.




Khartoum

Le Ministre des Ressources Animales, Juma'a Bishara Oror a déclaré que la visite du Président de la République aujourd'hui à la Russie ouvrira de larges domaines pour le Soudan de tirer parti du potentiel scientifique de la Russie.

Bishara Oror a déclaré dans un communiqué de presse à l'Aéroport de Khartoum que la visite confirme que le Soudan est revenu comme il était, en soulignant qu'il reviendra à sa position normale et le leadership qu'il a occupé dans la Région et dans le Monde.

Il a souligné que le Président et les Ministres d'accompagnement dans sa délégation, discuteront de nombreuses questions politiques, sécuritaires et économiques, et a ajouté: " Je pense que le Soudan bénéficiera du potentiel russe en particulier dans le Développement des Outils requises et des Technologies avancées dans le domaine de l'Elevage et l'augmentation de la production", soulignant que la visite du Président de la République à la Russie aura un Au-delà.




Khartoum

Le Vice-président du Comité Supérieur pour les Relations avec la Chine, la Russie, l'Afrique du Sud, l'Inde et le Brésil (Groupe BRICS) et Assistant du Président de la République, le Dr Awad Ahmed Al-Jaz, a affirmé que la visite du Président de la République en Russie conduira à élargir la Portée des Relations Internationales du Soudan avec le Monde.

Dans un communiqué de presse à l'Aéroport de Khartoum, le Dr Al-Jaz a déclaré que cela conduisait à la Réalisation d'Avantages Mutuels pour le Soudan et la Russie, se référant à l'existence d'un nombre de Sociétés Russes Opérant dans le Secteur Minier au Soudan.

Il a souligné la Position Stratégique du Soudan et les Vastes Potentialités dans le pays, indiquant que la visite du Président intervient dans le cadre des efforts visant à consolider les Relations du Soudan avec le Groupe BRICS.

Il a décrit la visite du Président en Russie comme le Début de la Formulation d'une Nouvelle Vision pour renforcer les Relations Futures et la Coopération avec les pays BRICS et consolider les liens avec les Etats voisins.




Kampala

La Banque centrale du Soudan (CBK) a conclu un accord avec la Banque centrale de l'Ouganda pour faciliter le commerce et l'intégration économique entre le Soudan et l'Ouganda.

Le gouverneur de la Banque centrale Hazem Abdul-Gadir a déclaré à la SUNA qu'il a tenu une réunion à Kampala avec le gouverneur de la Banque centrale ougandais portant sur le moyen de faciliter le commerce entre les deux pays et l'intégration des économies des deux pays.

Il a ajouté que le côté ougandais a accepté d'ouvrir une succursale de la Banque agricole du Soudan en Ouganda pour aider à la commercialisation d'équipements et de machines agricoles fabriqués au Soudan, soulignant que le côté ougandais a demandé de profiter de l'expérience du Soudan dans les banques islamiques à répondre aux demandes de certains clients qui souhaitent traiter conformément au système bancaire islamique.