Articles

LE BILLINGUISME AU SOUDAN

PAR EZALDIN MIRGANI

   

Si le bilinguisme diglossique demeure bien établi dans les zones rurales du ancien ( Sud ) , où les langues locales occupent toujours une place dominante , il n'en est pas de même dans l'ensemble des zones rurales du Nord . Plus que l'opposition langue ethnique / langue arabe , ce sont la fréquence d'utilisation de l'arabe et , parallèlement , la régression des langues ethniques qui marquent la dichotomie zones rurales / zones urbaines ou semi urbaines dans le nord . Dans les zones rurales , l'arabe est utilisé avec une fréquence plus ou moins grande en concurrence avec les langages ethniques dans la communication familiale et l'expression culturelle , alors qu'en zone urbaine l'usage de l'arabe est dominant dans ses domaines . De même , la langue ethnique demeure , en zone rurale , la langue maternelle de la majorité des individus , alors que en ville l'arabe est la langue maternelle d'un nombre croissant d'enfants . Une étude de F . Zumrawi mené à Halfa al – Jedida , ( la nouvelle Halfa ) , (23) , et pourtant sur deux villages nubiens déplacés , l'un représentant une population plus rurale , l'autre une population plus citadine , illustre cette dichotomie , liée autant au mode de vie et à la profession ( agriculteurs , fonctionnaires ) qu'au lieu lui-même .

  LA CLASSIFICATION DES LANGUES DU SOUDAN

 

 

PAR EZALDIN MIRGANI

 

Le Soudan regroupe plus d'une centaine de langues 111 selon H . Bell (1) , 177 langues et dialectes selon Y . K . Abu Bakr et S . H . Hurreiz . (2) , appartenant à trois des quatre grandes familles africaines . Notre classification reprend les données de Tucker et Bryan (3) , Greenberg (4) , Bender (5) , Stevenson , Schadeberg , Thelwall , (6) , L'ouvrage collectif du CNRS (7) , et celui qui a été publié sous la direction de Sebeok ( 8 ) . certains  problèmes de classement non résolus sont mentionnées par des notes . Un point délicat demeure la réelle vitalité des langues citées . Cette question se pose plus particulièrement pour certaines langues dont Tucker relevait déjà le déclin très net dans les années  1930 ( par exemple le togoya , le berti , le golo , le pambia , le barambu ) , et sur lesquelles nous ne disposons pas de documentation récente . De façon générale , la classification des langues soudanaises souffre du manque de données scientifiques .

Cette apparente diversité est en fait relativisée par la place dominante de l'arabe . En dehors de l'arabe , langue maternelle de plus de 51 pour cent de la population nationale .

LA SOLIDARITE SOCIALE

PAR EZALDIN MIRGANI      

  

On constate en effet que le lignage minimal n'a pas l'exclusivité de la solidarité sociale . A ce noyau agnatique privilégié s'ajoutent des relations avec les parents utérin et d'autres coprésidents. L'idéologie l'emportant , beaucoup de relations sont lues dans le sens de la logique agnatique alors qu'elles sont également susceptible , en termes de généalogie , d'une autre lecture . Enfin , les pratiques matrimoniales provoquent un recouvrement des relations des parentés et d'alliance . Les sociétés rurales sont ainsi constituées sur un enchevêtrements de la parenté ( agnatique et utérine ) . et de l'affinité . Affilié au patrilignage de son père , tout individu et en même temps au centre d'un groupe cognatique , celui de ses << proches >> , agrabûn de ( garib ) , ( proche ) , par son père ( abu , pl , abawat ) et par sa mère ( umm ) , qui constituent deux mondes complémentaires : celui de l'os ( adum ) , et celui de la chair ( laham ) , Le premier , les abawat, a une certaine prééminence , car le second , ne serait exister sans se support , qui produit en outre , le sang et le sperme , donc << forme >> l'enfant . mais , des maternelles , ce dernier reçoit certaines qualités et vertus ( d'où l'importance de la filiation de la future épouse ) , y compris l'aspect physique . Au respect dû à l'oncle paternel ( amm ) , et aux autres abawat s'oppose une relation plus familière avec l'oncle maternel ( khal ) , pl akhawal , mais les deux viendront prêter assistance à leur neveu en cas de besoin .

    LE ROLE DU LIGNAGE DANS LZ VIE ECONOMIQUE DES FAMILLES

PAR EZALDIN MIRGANI

 

Le lignage voit son rôle dans la vie économique des familles et des individus d'autant plus limité qu'il n'est pas propriétaire des terres agricoles . Certes il y eut à l'origine de l'implantation des groupes une répartition des terres en fonction des effectifs , mais par la suite , ces dernières ont été transmises selon les règles du droit musulman , le plus souvent aux ayants droit proches du défunt ( avec cependant une très forte tendance à l'exhérédation des femmes ) . On a même souvent dit et écrit à ce propos que l'émiettement des propriétés ainsi  provoqué par l'appropriation individuelle des terres bordant le Nil était un obstacle à toute politique d'aménagement et de modernisation . Il n'en est pas exactement ainsi : des regroupements de parcelles sont possible ( même en cas de division effectif des patrimoines ) en vue de leur mise en valeur par des paysans métayers utilisant collectivement une machine à irriguer ( saqiya ) , ou ayant investi dans une pompe moderne . L'insertion dans le groupe agnatique et dans la famille étendue ( un père et ses fils – parfois ses petits fils – mariés ) n'exclut pas les conflits , au contraire , et n'interdit pas les entreprises individuelles .

LE LINAGE ET LE VILLAGE AU SOUDAN

PAR EZALDIN MIRGANI

La tribu demeure effectivement plus ou moins abstraite. Pour qu'un groupe de filiation existe en tante que tel c'est – à dire ne soit plus simplement une enveloppe généalogique – ce qu'on qualifiera d'unité de filiation - , mais un rassemblement concret d'individus ayant des intérêts communs , des droits collectifs , etc , il doit en général être localisé . La société soudanaise illustre parfaitement cette théorie : c'est au sein de groupements de parenté localisés que s'exercent les solidarité et que s'expriment les conflits . Lorsqu'on relève le plan d'un village et qu'on collecte les généalogies , on se rend vite compte que la proximité résidentielle découle d'une proximité parentale : les enclos sont occupés par des frères , les quartiers par des cousins , et le village lui – même par les différents lignages ou sous – lignages , dont les membres disent qu'ils sont tous frères et cousins paternels : kullana akhwan , awlad , amm , ajoutant qu'ils ont tous le même grand – père : jiddana wahed . Le terme khashm bayt désignées selon le même principe déjà énoncé , l'ensemble des descendants en ligne agnatique d'un ancêtre commun , situé à un niveau généalogique variable .


 

 

Khartoum

 Le Secrétaire Général du Bureau des impôts, Abdullah Al Massad a appelé les experts à aider le bureau d'élaborer des politiques et des règles sur les taxes du commerce électronique qui devraient être appropriés avec les fondements du commerce mondial.

S'adressant à l'atelier sur l'application du système d'impôt sur la valeur ajoutée (TVA), Massad a dit que la mise en œuvre de la valeur ajoutée depuis l'an 2000 a fait de grand effet positif sur l'augmentation des recettes fiscales.

Il a affirmé que le bureau des impôts est prêt à fournir l'assistance et l'ide nécessaire et l'expérience pour la généralisation de l'application de l'impôt de la valeur ajoutée (TVA).

 

 

Khartoum

Le secrétaire général du conseil des Partis Politiques et Africains tenu Dr Nafie Ali Nafie tiendra aujourd'hui (jeudi) à 02 :00 h une conférence de presse au siège du Conseil.

Dr Nafie passera en revue, lors de la conférence de presse, les arrangements de la convocation de la troisième Assemblée générale du Conseil des partis politiques africains les 19 et 20 d'Août courant.

 


Khartoum

Le Vice-Président de la République, Hassabo Mohammed Abdul Rahman, s'est réuni mercredi au Palais Républicain, avec le Directeur Général de l'Organisation Arabe pour le Développement Agricole, Prof. Ibrahim Al-Dekheri.

Al-Dekheri a informé Hassabo de la performance de l'organisation et de ses programmes et plans futurs concernant l'établissement de partenariats et l'attraction du soutien des organisations étrangères et arabes pour introduire des technologies pour la promotion et le développement de la production agricole.

Il a souligné que le Soudan est l'un des pays les plus importants dans le domaine de l'investissement agricole.

 

 

Khartoum

 Le ministre d'Etat aux Finances et la Planification économique, Magdi Hassan Yacine a affirmé que le document de présentation économique publié par le ministère est historique qui a été émis depuis l'indépendance du Soudan, soulignant que le ministère est en train de publier la présentation de 2016.

Cela est arrivé lorsqu'il s'est adressé ce mardi à l'atelier intitulé : " le de développement et la modernisation de la présentation économique " organisé par l'administration générale des politiques, la planification et les études au ministère des Finances.

Il a souligné que le Document de présentation économique représente une référence importante pour ceux qui prennent la décision.

 

Khartoum

 Les réunions du Haut Comité ministériel conjoint soudano-jordanien commenceront demain mercredi à Khartoum sous la présidence des ministres de l'Industries dans les deux pays.

L'ambassadeur jordanien au Soudan Mahmoud Al Khzaala a qualifié d'excellentes et solides les relations entre le Soudan et la Jordanie, soulignant que ces réunions renforcent les relations entre les deux pays dans tous les domaines.

Le Premier vice-président, Premier ministre fédéral, Lt Gén. Bakri Hassan Saleh et le Premier jordanien, Hani Al-Mukli prévu à Khartoum mercredi s'adresseront jeudi à la fin des réunions du comité ministériel conjoint.